Bulletin d’information juin 2024 

Chers collègues,
 

Nous sommes heureux de vous présenter le Conseil Mondial du GCAP nouvellement élu. L’ensemble des coalitions nationales et les groupes communautaires, thématiques et géographiques ont élu leurs représentants pour 2024 à 2026.

 
Représentants des groupes de communautaires :

Groupe de travail sur la justice sociale : Beena Pallical, Inde ; Queen Bisseng, Cameroun (suppléante)
Groupe des femmes et des féministes : Martina Kabisama, Tanzanie ; Marium Amjad Khan, Pakistan (suppléante)
Groupe de jeunes : Maro, Tanzanie ; Esso Pedessi, Togo
 
Représentants régionaux :

Afrique : Aminata Barry Touré, Mali ; Mahendranath Busgopaul, Maurice,
Asie : Sin Putheary, Cambodge ; Arjun Bhattarai, Népal
Amérique latine et Caraïbes : Georgina Muñoz, Nicaragua ; Mauro Pereira, Brésil
Europe : Justina Kaluinaite, Lituanie ; Constantinos Machairas, Grèce
 
Vous trouverez une brève biographie de tous les membres du Conseil mondial sur le site web du GCAP.
 
Le Conseil Mondial a élu trois co-présidents :

Aminata Barry Touré
Georgina Muñoz
Arjun Bhattarai
 
Ont été élus à la direction de la Fondation Mondiale GCAP :

Président : Constantinos Machairas
Vice-présidente : Beena Pallical

Le nouveau Conseil Mondial s’est réuni pour la première fois en personne les 6 et 7 mai 2024 à Nairobi. Les discussions ont porté sur la planification de campagnes sur la justice sociale, climatique et économique, la santé et la protection sociale, ainsi que sur des sessions thématiques concernant les sommets à venir tels que le Sommet du Futur, la quatrième Conférence Internationale sur le Financement du Développement (FFD4) et le Sommet Social Mondial.

Le GCAP Afrique appelle à l’allègement de la dette et à la protection sociale

Le 18 avril 2024, GCAP Africa, en partenariat avec des organisations de la société civile africaine, a organisé un événement parallèle virtuel lors du 10e Forum Régional Africain sur le Développement Durable (ARFSD en anglais) pour aborder les questions de la dette et de la protection sociale.

Les participants ont exprimé leur inquiétude quant au retard de la région en matière d’investissement dans la protection sociale, avec environ un milliard d’Africains dépourvus de toute couverture sociale. Cette situation accroît leur vulnérabilité aux chocs économiques, sanitaires et climatiques, exacerbant la pauvreté et la marginalisation. Ils ont également souligné que la pandémie de COVID-19 a érodé les progrès accomplis dans la réalisation des Objectifs de Développement Durable 1 et 2. Seuls deux pays ont ratifié le protocole de l’Union Africaine de 2022 sur la protection sociale et les droits à la sécurité, ce qui souligne l’absence d’engagement régional en faveur de l’amélioration des mesures de protection sociale.

La crise de la dette aggrave la situation de la protection sociale. Dans de tels contextes, de nombreux gouvernements réduisent leurs dépenses et sont contraints par les conditionnalités imposées par le Fonds Monétaire International (FMI). Les délégués ont appelé à une transformation de l’architecture financière internationale, à des mécanismes de désendettement, à des sources de revenus durables et à une adoption plus large des politiques de protection sociale.

 Vous pouvez regarde l’événement sur ce lien: https://youtu.be/ihYi_9yz-K0  

Vous pourvez téléchargez le document final sur ce lien : https://gcap.global/wp-content/uploads/2024/05/Outcome-Debt-and-Social-Protection-side-event-10th-ARFSD.pdf

Le GCAP souligne l’urgence environnementale en Amérique latine et dans les Caraïbes

Lors du VIIe Forum des pays d’Amérique Latine et des Caraïbes (ALC) sur le Développement Durable qui s’est tenu le 16 avril 2024 à Santiago du Chili, le GCAP LAC a souligné le besoin critique de donner la priorité à la dimension environnementale de l’Agenda 2030.

Les représentants ont souligné que la région est confrontée à de graves problèmes environnementaux, notamment la perte de biodiversité, les sécheresses, la déforestation, la pollution et le dégel dans les zones méridionales comme au Chili et en Argentine. Ces crises mettent en évidence la nécessité de remettre en question le modèle de développement dominant, qui repose sur l’exploitation des populations et de la nature et contribue à la dégradation de l’environnement et aux inégalités sociales. Ils ont également exprimé leur inquiétude quant au fait que la région est la plus dangereuse au monde pour les défenseurs des droits de l’homme en matière d’environnement, des centaines d’entre eux perdant chaque année la vie en protégeant l’environnement, l’eau et la terre, comme le rapportent des organisations telles que Global Witness et Front Line Defenders.
 
Les délégués ont souligné l’importance de l’Accord d’Escazú pour la protection des défenseurs de l’environnement, et ont appelé à des changements systémiques ainsi qu’à un financement climatique équitable de la part du Nord global. Ils ont également insisté sur l’établissement de liens entre l’Accord de Paris et l’Accord d’Escazú afin d’approfondir la dimension environnementale des ODD.
 
Vous pouvez téléchargez le résumé de l’événement (en anglais) sur ce lien : https://gcap.global/wp-content/uploads/2024/05/Brief-of-GCAP-LAC-side-event.pdf et en espagnol : https://gcap.global/wp-content/uploads/2024/05/RESUMEN-Evento-ODS-pag-WEB-GCAP.-V.-FINAL.pdf

GCAP à la conférence des parties à l’accord d’Escazú

Les membres du GCAP pour l’Amérique latine et les Caraïbes (LAC) – César Artiga pour le Salvador et Mauro Pereira pour le Brésil – ont participé à la troisième Conférence des Parties (COP3) à l’Accord d’Escazú au siège de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes (CEPALC) à Santiago du Chili, du 22 au 24 avril.

L’une des principales réalisations de la COP3 a été la ratification de l’accord d’Escazú par le Commonwealth de la Dominique, ce qui porte à 16 le nombre d’États parties ayant ratifié l’accord et à 24 le nombre de signataires en Amérique Latine et dans les Caraïbes. En outre, le Plan d’Action Régional sur les Défenseurs des Droits de l’Homme en matière d’environnement a été approuvé, et un comité de soutien à la mise en œuvre et à la conformité a été créé pour gérer les communications publiques et formuler des recommandations en vue d’une mise en œuvre efficace.

Les deux événements parallèles et la présence du GCAP à la COP3 de l’Accord d’Escazú ont mis en lumière deux défis majeurs et des pistes pour les années à venir dans deux des quatre régions où le GCAP est actif.
 
En tant que Secrétariat, nous nous réjouissons de travailler avec le nouveau Conseil mondial à la réalisation des ODD, pour la justice sociale, climatique et économique.
 
Félicitations à tous les membres du Conseil mondial pour leur élection !

 

Ingo Ritz